Toulouse, enquête ouverte sur ce policier qui portait un masque tête de mort pendant l’acte 8

0
325

Pendant l’acte VIII des gilets jaunes à Toulouse, un policier arborant un masque tête de mort a été aperçu.

POLICE – Après Christophe Dettinger le boxeur des gilets jaunes, Didier Andrieux, le policier sous le coup d’une enquête qui a frappé des manifestants, voici un nouveau personnage qui commence à faire parler de lui: le policier masqué d’une tête de mort. Une enquête a été ouverte.

Les photos d’un membre des forces de l’ordre mobilisé pendant l’acte VIII des gilets jaunes à Toulouse circule sur les réseaux sociaux. Sa particularité: il portait un masque de tête de mort rappelant le personnage de Ghost dans le jeu vidéo « Call of Duty ». Il a été repéré par des membres de l’observatoire des pratiques policières qui était sur place. Une manifestante et une photo reporter ont pris deux clichés de l’individu et les ont partagés sur les réseaux sociaux.


Voir l’image sur Twitter

Voir l'image sur Twitter

Maxime Reynié@Maxime_Reynie

La #Police républicaine de @PoliceNat31 dans le plus grand des calme durant #ActeVIII a #toulouse #GiletsJaunes @CCastaner @Place_Beauvau29902:02 – 6 janv. 2019495 personnes parlent à ce sujetInformations sur les Publicités Twitter et confidentialitéVoir l’image sur Twitter

Voir l'image sur Twitter

V. Slonska-Malvaud@vslonskamalvaud

Des policiers hier lors de la #manifestation des #GiletsJaunes à #Toulouse@davduf @LabasOfficiel @Reporterre #police @NunezLaurent parlera-t-il à ce propos de « débordements de factieux extrêmement violents » ?6017:45 – 6 janv. 2019169 personnes parlent à ce sujetInformations sur les Publicités Twitter et confidentialité

Selon la préfecture de la Haute-Garonne, citée par Franceinfo, il s’agit d’un agent qui était intégré au dispositif de sécurisation de la manifestation ».

Interrogée par France 3, une source policière assure que le policier portait cette cagoule « sans arrière-pensée » et qu’il l’a retirée rapidement après un rappel à l’ordre d’un membre de sa hiérarchie présent sur place. La préfecture a toutefois annoncé au média qu’une enquête administrative par la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) de la Haute-Garonne allait être ouverte pour identifier le policier et les motivations qui l’ont mené à porter ce masque.

« Une décision sur les suites administratives qui lui seront réservées sera prise. Le port de ce type d’équipement est inapproprié et inadmissible quant à l’image qu’il renvoie », précise la préfecture.

Un acte interdit, un « manque de professionnalisme »

La manifestante qui a pris la photo a parlé à ce policier et a rapporté une partie de son échange à France 3:

« – Le policier: Tu veux un selfie avec moi?

-La manifestante: Non, je vous prends en photo pour montrer votre manque de professionnalisme.

(…)

– Le policier: mais tu connais le jeu?

Cette dernière question faisait peut-être référence à « Call of Duty » et son personnage.

« C’est parfaitement déplacé, inadapté. Ça montre qu’un certain nombre de policiers manquent de professionnalisme et de suivi, dénonce auprès de Franceinfo Jean-François Mignard, secrétaire général de la Ligue des droits de l’homme (LDH) et habitant de Toulouse. Si c’est pour rire, ce n’est pas marrant. Il joue à la guerre? C’est une drôle de conception du maintien de l’ordre. Quand un policier se balade avec ce genre de choses, il se croit à la guerre. Il y a une espèce de fossé qui se crée entre les forces de l’ordre et les manifestants, vus comme des ennemis ».

Enfin, la préfecture précise que mettre une cagoule était interdit à cet agent puisque les policiers « ne sont anonymisés sur la voie publique que s’ils font partie de services spécialisés dans la lutte antiterrorisme ou le renseignement comme la BRI, la DGSI ou le Raid. En dehors de ces directions, les policiers ne dissimulent pas leurs visages ».